LES FILS A TISSER

 

Les années passant, l’Association s’oriente de plus en plus sur l’aide humanitaire,

cela ne vous aura pas échappé.


Une main tendue, une écoute, un partage, des pensées de compassion, une aide matérielle que l’on peut apporter aux plus démunis, aux sinistrés, aux orphelins.

Il existe tant de malheurs en ce monde.


Mes pas ont croisé les pas de celles et ceux qui oeuvrent déjà sur place dans différentes parties du monde et qui connaissent bien la situation en temps réel des personnes à aider.


Bien sûr, nous ne pouvons pas prendre toute la souffrance qui existe et il nous faut malheureusement faire des choix et ce n’est pas facile.



A ce jour, nous avons choisi d’aider 2 associations.


La première qui a retenu notre attention s’occupe d’enfants démunis, orphelins à Madagascar.

Il s’agit de l’Association  Sourire d’Enfant.


Sourire

       d’enfant


Cette association est présidée par Marie Christine Caillot.

Cela fait 11 ans qu’elle s’est engagée à aider ces enfants et aussi les personnes qui s’en occupent.

Chaque année, Marie Christine se rend sur place à l’automne.

Avec l’argent récolté sur l’année elle répond aux besoins les plus urgents.

Nous avons déjà fait un don à Sourire d’Enfant il y a quelques années.

Nous allons continuer à aider cette association.

Je reste en lien étroit avec Marie Christine.


J’y suis adhérente et je parraine une petite fille de façon à ce qu’elle soit scolarisée et qu’elle puisse avoir un métier un jour.

Chaque année, je me rends à l’Assemblée générale où toutes les actions qui ont été menées sont présentées ainsi que celles à venir.


Pour le moment, cette association ne possède pas de site informatique.







La seconde association est lAssociation Solidarité Japon 34 ( ASJ34).

Cette association est née très vite à Montpellier après les événements du 11 mars 2011.

Pour rappel, un séisme suivi d’un tsunami puis d’un accident nucléaire ont laissé les habitants rescapés de toute une région du Japon sans aucune ressource.


(Pour plus d’informations, aller au Fil de la Semaine et lire le compte rendu de Keiko.)







Keiko Nagai que je connais depuis quelques années fait partie depuis la première heure de cette association.

Grâce à elle, nous sommes parfaitement au courant de ce qu’il se passe là bas au Japon dans cette région sinistrée.

Keiko est allée sur place en fin d’année 2011 et a pu mesurer le travail à faire et le soutien à apporter aux sinistrés.


En début d’année, nous avons remis un chèque de 1000 euros à l’ASJ34 en demandant à ce que cet argent profite plus spécialement aux enfants.

Keiko s’est mise en relation avec une association qui oeuvre sur place et il est plus que probable que notre don leur soit remis sous peu afin d’aider à reconstruire une crèche pour les enfants.

Je dois voir Keiko demain  mardi 7 août et nous allons parler de ce beau projet.







                                                 





Ce mardi 07 août 2012, nous rencontrons donc Keiko à Bedarieux.


Voici le résumé de ce qui s’est dit :


Keiko a découvert une association au Japon très impliquée dans l’aide à la reconstruction.

Cette association se nomme TONO MAGOKORO NET.


TONO est le nom de la ville où se trouve l’association.

MAGOKORO  signifie la sincérité.

NET signifie le réseau en anglais.


Keiko est rentrée en lien avec cette association et plus spécialement Mr YANAGISAWA qui s’occupe de la partie administrative.


Actuellement, ils ont le projet d’acheter un terrain à KIRIKIRI pour construire une crèche.

Cependant TNM ne sera pas le propriétaire du terrain.

Un compte va être ouvert spécialement pour ce projet.


Voici en copie une lettre de Keiko, la partie extraite concerne ce projet :


« Ce lieu devrait regrouper une crèche, des maisons pour personnes âgées, des cottages de séjour et une école qui enseigne l'écologie et l'art de vivre avec la nature. Le projet vient de démarrer et nécessite encore les moyens financiers et la main-d'oeuvre considérables,mais sa réalisation est attendue par les habitants d'Ootsuchi-chô.

La crèche s'appellera "Kirikiri Hoikuën (crèche)" et si Le Fil d’Ariane souhaite, elle pourrait participer à la construction par son don, et ainsi créer un lien qu'elle pourrait développer. La TMN dit qu'elle s'efforcerait de respecter et s'adapter à nos souhaits.»


Pour que vous puissiez vous faire une idée du travail accompli par cette association, cliquez sur : Tonomagokoro  et regardez la video qui se trouve au centre.


Ensuite, regardez les photos sur l’autre lien d’archives...

                                  Photos


Sur les photos, les personnes qui travaillent sont toute des volontaires gérés par TNM.

En déroulant les photos vers le bas , vous pouvez voir 4 hommes en train de parler autour de ce qui semble être un plan.

Derrière eux, on peut voir la mer.


Nous sommes à KIRIKIRI, l’endroit où tout doit être reconstruit.


  Bonne lecture.

                    Je suis impatiente de connaître vos impressions.



Novembre 2012


DES NOUVELLES DE KIRIKIRI ET DE NOTRE PROJET DE PARTICIPATION A LA CREATION D’UNE NOUVELLE CRECHE


Des Nouvelles de Kirikiri


Un ami de Keiko, Ken-ya est allé sur place en novembre.


« - Il a revu Mr Yanagisawa à TMN qui lui a parlé d'ouverture prochaine d'un compte bancaire pour le projet crèche qui nous préoccupe.


- Il s'est rendu au temple bouddhique Kichijôji à Kirikiri à la rencontre du prêtre (qui a été interviewé par le journaliste de France Culture pour son émission).


- Par chance il y a rencontré M Azumaya, l'administrateur principal de la crèche, qui lui a fait visiter la crèche actuelle tenue dans un endroit temporaire,  ainsi que le terrain destiné à la construction de la future crèche. Là, le fauchage du sous-bois par les volontaires est achevé, mais il reste des arbres à abattre.

  

- L'acquisition du terrain n'est toujours pas conclue. C'est dû, parait-il, à la modification de plan de construction imposée par la loi.


  1. -Le propriétaire du terrain s'appelle M Haga, c'est quelqu’un de dynamique et il s’investit personnellement dans les travaux de reconstruction.    

 





              ET voici quelques photos de KIRIKIRI : la crèche, la plage, le temple et la vue sur la mer.















              


                  






Vous pouvez voir  tous les débris amassés au fond à droite


















   


                 









           














                                                                                                                      Le temple de Kirikiri





    Photo prise du haut du village avec la vue sur la mer

















 



被害を受けた吉里吉里保育園の園舎。

 


Et voici un cadeau de Keiko pour cette nouvelle année 2013


Il s’agit du hatsu-hinodé , ce qui signifie le premier lever du soleil, l'une des "premières choses de l'année" sacrée et importante pour les Japonais. Certains se déplacent loin afin de le contempler, le vénérer et faire le voeu. Le sommet du Mont Fuji est l'un des ces endroits très prisés pour cela.    Le soleil droit se lève à Kesen-numa, la baie très touchée par le tsunami, dans Miyagi-ken

 
       
    Janvier 2013

             Nouvelles de Kirikiri


Keiko me fait savoir que la préparation du terrain s'est achevée, que le tracé est en cours d'élaboration 

et que des travaux de construction devraient débuter au mois de juin. 

 


Sourire

       d’enfant


Des nouvelles suite au séjour de Marie Christine à Madagascar.


Extrait de sa lettre :


« 11 heures de vol...le temps qu'il faut pour  relier deux mondes...un temps pour se détacher de ces lambeaux de misère pour mieux s'adapter au monde des lumières..

J'ai l'impression d'être revenue 12 ans en arrière, mise à part que l'orphelinat d'Antsirabé est propre et clair maintenant.

Mais à nouveau des familles vivent dans la rue, en haillons, à nouveau elles se retrouvent sur les tas d'ordures à chercher ce qu'elles ne trouveront pas, de quoi manger, d'ailleurs les chiens faméliques sont déjà passés. A nouveau les gens ont faim. Ils ne demandent pas d'argent, ils veulent qu'on les accompagne au petit marché du coin pour qu'on leur achète un plat de riz à 1000 ariary (35 cts) car les jours ont passé....et ils n'ont rien mangé....»



Juste pour dire que la misère est encore et plus que jamais là.

 
JOURNEE_de_pleine_conscience.html
Jeudi 25 avril 2013


Aujourd’hui, j’apprends une très bonne nouvelle.

L’ASJ34 possède à présent son site.

Ce sera une excellente occasion de se tenir au courant de toutes les activités proposées par l’Association.

Et également de savoir ce qu’il se passe dans les villages sinistrés et l’aide qui y est proposée.

L’occasion aussi de reprendre une adhésion pour continuer d’aider l’ Association qui a vraiment besoin de notre aide.

Les soucis sur place sont loin d’être terminés.


Notre association a décidé en 2012, lors de la rencontre avec Keiko, d’aider les enfants sur place.

Demain, je rencontre la présidente de l’ASJ34 ainsi que d’autres bénévoles de l’association ( dont Keiko) pour décider de la meilleure façon d’aider.


Je vous tiens au courant dans les jours à venir.


En attendant, n’hésitez pas à visiter leur site pour vous faire une idée de  la situation telle qu’elle est vécue sur place ainsi que de réaliser l’implication des bénévoles.


http://www.solidaritejapon.org/



                                                                              Keiko nous offre quelques photos  :


                                                                                                             Ces 3 photos ont été prises le 11 mars 2013






























           Le Fukinotô qui annonce

           le printemps                                                Et sur ces 2 photos, on peut voir l’inauguration d’un bateau de pêche. Un moment de bonheur et    

                                                                               d’espoir .

 

Sourire

       d’enfant

Rencontre chaleureuse ce  26 avril à Montpellier avec l’ASJ34.

Je suis reçue par Kaoru , la présidente, Chikaé, la vice présidente et Keiko.

C’est pour moi un grand moment que de pouvoir, enfin, découvrir ces personnes à l’origine de cette association.

Nous partageons le déjeuner ensemble et je leur fait part de mon souhait que le don fait l’an dernier soit utilisé pour améliorer au plus vite le quotidien des enfants de Kirikiri.

Dans les jours qui vont suivre, une solution est trouvée pour que les 1000 euros du Fil soient versés à l’Association qui oeuvre sur place depuis le tout début, à savoir le TMN,  (voir plus haut) qui le donnera à Mr  Azumaya ( administrateur de la nouvelle crèche).

L’argent servira à équiper la crèche de meubles destinés aux enfants.

Ainsi la participation du Fil reste concrète.

Je remercie infiniment Kaoru, Chikaé et Keiko pour leur accueil en ce 26 avril à Montpellier.

 

C’est la première fois que les adhérents rencontrent la présidente de Sourire d’Enfant, Marie Christine Caillot.

En cette Assemblée Générale 2013, elle est notre invitée d’honneur.

Nous allons passer un WE tous ensemble au Refuge de la Fage et ce sera l’occasion pour elle de nous parler  avec ses belles qualités de coeur de son implication à Madagascar  auprès des enfants  les plus démunis...mais aussi des femmes des rues, abandonnées de tous et qui survivent dans des conditions inimaginables.

Voilà plus de 10 ans qu’elle se rend là bas chaque année et qu’elle n’hésite pas à retrousser ses manches pour adoucir la vie de ces enfants.

Cette rencontre, c’est  vraiment l’occasion d’échanger avec elle à propos de son travail dans les différents orphelinats,  des résultats obtenus, des  projets pour l’avenir.

Marie Christine répond avec une grande gentillesse à toutes les questions posées.

Mais il est surtout question d’humanité et de belles rencontres, au delà du matériel, pourtant nécessaire à la survie.


Les adhérents présents ainsi que moi même  sommes heureux de lui offrir un chèque de 1000 euros pour qu’elle puisse continuer d’offrir de quoi manger et un peu de bien être à tous ces enfants et ces femmes délaissées de tous.


Cet argent est le fruit d’une année d’argent récolté avec les séances de relaxation réalisées.



























                                         Remise du chèque à Marie Christine pour Sourire d’Enfant ce samedi  04 mai 2013 à la Fage dans le Caroux.




Cependant, en cette si belle soirée, l’ASJ34 est bien présente également dans nos coeurs.

Les dernières nouvelles concernant le don de mars 2012 et son utilisation sont données aux adhérents.

Certains adhérents reprennent l’adhésion pour l’année et toutes les cartes joliment décorées sont vendues au profit de l’ASJ34.

La moitié des cartes  va être envoyée aux enfants de la crèche de Kirikiri avec un petit mot écrit par chaque adhérent et traduit en japonais, pour qu’ils sachent bien qu’ à des milliers de kilomètres, nous pensons à eux et nous ne les oublions pas.

 

La crèche de Kirikiri dévastée

Mes chers amis, au début du mois de septembre, Kaoru, la présidente de l’ASJ34 m’a adressé une lettre pour nous donner des nouvelles de la région sinistrée où elle est allée cet été.

Je vais vous en donner quelques extraits pour que vous puissiez être informés.


« En étant dans le Tohoku, et en discutant avec les gens de Tono Magokoro Net et notamment le Vice-Président de Tono Magokoro Net, Mr Usuzawa, qui lui même est survivant de ce tsunami à Ootsuchi, la ville où  il y a le quartier KiriKiri et qui connais très très bien la situation là-bas, j'ai compris beaucoup de chose et je n'ai pas voulu déranger le Président de la crèche pour poser des questions directement en lui téléphonant...

...Ils pensent que la crèche aura besoin de beaucoup d'aide pour l'équipement une fois que le bâtiment sera construit. Et tout le monde nous conseille d'envoyer le don pour cette utilité. Je pense que nous pouvons envoyer le don dès maintenant en précisant bien notre souhait...

...Beaucoup de villes ont été victimes de ces catastrophes, mais il y a trois villes dont le nombre de victimes correspondent à 1/10 de leur population avant le 11 mars 2011. La ville d'Otsuchi fait partie de ces trois villes.

J'ai voulu vraiment y aller, mais un après-midi que j'avais réservé pour, nous avons eu une grosse pluie, et le train s'est arrêté.

Dans la zone sinistrée, la terre est baissée de 70cm, et est devenue très fragile en cas de pluie. Cela donne l'impact sur la vie quotidienne beaucoup plus important que ce que je pensais...»


Je vous invite à vous rendre sur la page facebook de l’ASJ 34, vous y verrez un reportage très nourri réalisé par Kaoru.

Voici les liens : 

http://solidaritejapon.org/



Nous voici à la veille du départ de Marie Christine pour Madagascar.

Les domaines d’action sont toujours les mêmes, à savoir :

Les enfants des rues (scolarité et soins médicaux), les enfants des femmes des rues (scolarité, matériel scolaire, vêtements, soins), les enfants des orphelinats (scolarité et pour certains pension).

En tout, 110 enfants qui sont aidés.

Sans compter les aides d’urgence sur le terrain.

M.Christine sera de retour à la mi décembre.

Sourire

       d’enfant

Chers amis , notre don de 1000 euros a été envoyé à la mi novembre pour équiper  la crèche quand celle ci sera reconstruite.

Les choses avancent doucement mais surement.

Kaoru, la présidente et Chikae, la vice présidente de l’ASJ34 nous tiennent au courant de ce qu’il se passe la bas.

Chikae a d’ailleurs le projet de se rendre sur place à Kirikiri au mois de mars 2014.


Kaoru propose une Assemblée Générale Extraordinaire le  14 decembre à partir de 10h  au Latitude Café, place de la Canourgue à Montpellier en centre ville.

 

L’assemblée générale de l’ASJ34 s’est tenue le 4 avril à Montpellier.

Je n’ai pas pu m’y rendre.

J’attends des nouvelles de Chikae.


Chikae est à présent la présidente de ASJ34.


Après lecture du compte rendu de l’AG , je vous en donne quelques renseignements qui pourraient vous intéresser et que j’ai extrait du CR.








 

Mes chers amis ,


Kaoru vient de m’envoyer les photos qu’elle a pu faire à Kirikiri au mois de mars

Vous allez pouvoir vous faire une idée plus précise de ce qu’il se passe là bàs.



1. Photo Kaoru et  Mr Usuzawa de Tono Magokoro Net (sinistré et miraculé lui même, habitant d'Ootuchi)




Découvrir les journées de pleine conscience       Cliquer ----------->

Photos 2 et 3, avec Mr le Président et Mme la Directrice de la crèche

Photo 4. les petits qui sortaient

5. les petites en répétition de la cérémonie de fin d'année

6. les petits petits

7. la crèche actuelle en préfabriquée

Dernière photo, tous ensemble     :-) Trés belle photo avec tous ces petits bouts de chou ...


Nous pensons à vous et ne vous oublions pas .

Kaoru et son conjoint

Mme la directrice et Monsieur le président

Sourire

       d’enfant

Mes chers amis, l’AG de sourire d’enfant n’a pas pu avoir lieu comme prévu ce 29 mai 2014.

En effet, l’état de santé de Marie Christine ne l’a pas permis.

Elle est actuellement en phase de convalescence et tout laisse présager qu’elle va bien récupérer.


Voici un bref rappel des activités de Sourire d’ Enfant à Madagascar.


1- Tananarive  Association Enfants des rues Nicky                         7     enfants  Scolarité soins médicaux  Cadeaux de Noël


                   Sahoudra/Dr Nive                                                  15      enfants Scolarité, distribution de riz, cadeaux de Noël,

                                                                                                      récompense du meilleur élève

                   Brigitte Jansen


                  



2- Antsirabe   Enfants des ‘’femmes des rues’’ (7 familles),            21     enfants Scolarité, matériel scolaire, vêtements,

                                                                                                       soins dentaires 

chaque année le groupe qui se rend à Antsirabe inscrit les

enfants à l’école et assure une distribution de riz ponctuelle


3- Bétafo à 20km d’Antsirabe  Sœurs de Dom Bosco Ecole de Dom Bosco  8 enfants Scolarité et certains pensionnats (5 en 2012)


4- Antsirabe    Orphelinat de Mère Térésa                                                68 enfants   Scolarité collège avec le riz de midi





Sourire

       d’enfant


Je vous laisse apprécier le début de la lettre de Marie Christine lors de son dernier voyage à Madagascar et avant de rentrer en France.




Bien chers amis,


11 heures de vol...le temps qu'il faut pour  relier deux mondes...un temps pour se détacher de ces lambeaux de misère pour mieux s'adapter au monde des lumières..

J'ai l'impression d'être revenue 12 ans en arrière, mise à part que l'orphelinat d'Antsirabé est propre et clair maintenant.

Mais à nouveau des familles vivent dans la rue, en haillons, à nouveau elles se retrouvent sur les tas d'ordures à chercher ce qu'elles ne trouveront pas, de quoi manger, d'ailleurs les chiens faméliques sont déjà passés. A nouveau les gens ont faim. Ils ne demandent pas d'argent, ils veulent qu'on les accompagne au petit marché du coin pour qu'on leur achète un plat de riz  à 1000 ariary (35 cts) car les jours ont passé....et ils n'ont rien mangé...

Quelques soucis ont empêché la tenue de l’AG de l’association cette année.

Un conseil d’administation va se tenir ce dimanche 21 septembre  2014 chez Marie Christine afin de préparer le prochain voyage à Madagascar qui aura lieu en novembre.

Pour la première fois, j’accompagnerai Marie Christine dans ce voyage.

C’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotion que j’envisage ce séjour car je sais que la vie est très dure là bas.

La pauvreté y est sans égale.

Nul doute qu’il y aura un avant et un après.

Sourire

       d’enfant

Retour de Madagascar en cette fin novembre.


Ma tête est pleine d’images, mon coeur plein de sentiments mélés.


Que  vous dire ?


La misère est omniprésente. Les enfants ont faim. Images de tous ces êtres allant pieds nus, en haillons, la main tendue, petits visages sales éclairés par de grands yeux noirs, suppliants. Comment rester insensible ?

Image de cette petite fille  dont l’odeur est insupportable... qui porte tout contre son dos un bébé attaché par un tissu,  tenant un autre petit enfant par la main...Où sont les parents ? trop malades pour se déplacer et demander l’aumône ? quel avenir pour ces enfants ?


Sollicitations permanentes dès que nous sortons ...ce sont des grappes humaines qui nous accompagnent tentant de nous vendre leur production ( des colliers faits avec des graines, des pintades faites avec des pommes de pin, des jeux ingénieux réalisés avec du bois - hommage à grand père Alphonse ! - les brodeuses de nappes - ) car ceux là ont un petit job qui leur permet de survivre. Sinon , ce sont des revendeurs de pierres semi précieuses - agathe, jaspe, cristal, tanzanite, labradorite, quartz,  etc...


L’orphelinat , que ce soit Tana ou Antsirabé : souvenirs de ces tout petits bébés, dèjà orphelins en venant au monde, leur maman est morte en couches et le papa est parti.

Et la soeur de mère Térésa de dire de chaque bébé : celui là aussi, sa maman est morte ..et ainsi pour presque tous les bébés présents. J’en prends un dans mes bras car il pleure. Il met sa tête dans mon cou...je suis bouleversée.

Leurs regards sont graves, je n’y trouve pas de tranquillité.

Je pense qu’ils ont deux mois, la soeur me dit que non, ils ont huit mois...ils n’ont pas grandi !

Une jeune femme qui travaille là en tient deux sur ses bras et leur donne simultanément le biberon.


Dans la salle à côté, les enfants ont grandi et dès que la porte s’ouvre, ils arrivent et nous pressent de les prendre dans nos bras. Les regards sont suppliants là aussi. Nous sommes investies de toute part. Le besoin affectif est tellement présent.


Les plus grands sont en classe.

Des classes surchargées.  Parfois 50/55 par classe. Les enfants paraissent très sages. La misère se ressent là encore. Les signes extérieurs qui ne trompent pas.

Et pourtant là , nous savons que ceux là ont au moins un repas par jour !


Chez les soeurs, nous rencontrons des femmes,  des mamans malades , handicapées qui font des travaux de couture...ce qui me frappe , c’est leur sourire et malgrè leur grande misère leur joie lorsqu’elles chantent ensemble, pour nous !


Les soeurs nous parlent de la violence qui devient de plus en plus terrible.

Une toute jeune fille violée et laissée comateuse ; des actes de plus en plus horribles qui sont commis sur les enfants.

Les soeurs sont admirables de gentillesse, de patience, de dévouement...nous les sentons fatiguées, malades, mais elles ne se plaignent pas.


La maladie est omni présente. Nous entendons parler de tuberculose, de méningite, de peste ...en plus du paludisme et des maladies tropicales.

Dans les rues, les ordures constituent de vraies montagnes, les gens vont pieds nus , les poules mangent sur ces ordures, les zébus très maigres sont parfois là aussi cherchant quelque pitance.

Nul doute que les rats sont là aussi et véhiculent des maladies.


Les marchands sont installés en bord de « route » ou devrais je dire de piste, non loin des ordures.

Un étal tout ce qu’il y a de plus rudimentaire où sont exposés leurs produits...fritures, beignets, légumes, viande, poissons...

Pour chasser les mouches, ils ont constitué un fouet avec des lanières de sac en plastique et l’agitent en permanence.

De gros camions passent sans discontinuer sur cette piste et crachent une fumée dense et noire sur les marchandises exposées.


Des taxis brousse sillonnent continuellement les routes. A l’intérieur, nous y sommes souvent serrés comme des anchois et secoués comme des pruniers vu l’état des routes remplis de nids de poule.


Il y a les pousse pousse tirés par les hommes, souvent pieds nus...les plus chanceux ou courageux ont un pousse-vélo et nous avons même vu un touk touk motorisé, le grand luxe !


Visite aux femmes des rues que Christine a choisi d’aider il y a quelques années.

Le résultat est extraordinaire pour certaines. Elles ont su saisir leur chance et commencent à faire surface.

Leur petite habitation a changé et est même devenue « coquette », si on peut dire. Certaines font du commerce avec leurs créations.

Christine continue d’aider avec des achats de briques pour les mettre définitivement hors d’eau.

Quelle belle avancée !



A Tananarive, tous les enfants parrainés étaient présents auprès du Dr Naine et de Sahoundra.

Endimanchés pour la circonstance, les  enfants sont accompagnés d’un parent. Les bulletins scolaires reflètent pour chaque enfant le travail accompli.

Nous avons préparé les cadeaux de Noel et aussi des boissons gazeuses et sucrées ainsi que des bonbons.

Les enfants sont tous très sages.

Certains ont très bien travaillé.

A chaque enfant, Christine demande ce qui pourrait l’aider pour ses études. Elle prend note et se chargera d’acquérir les ouvrages demandés.

A la fin, les mamans présentes nous offrent à chacune un chapeau qu’elles ont réalisé en paille colorée.

Nous sommes tellement touchées par cette délicate attention, elles qui n’ont rien.


Ce voyage a été pour moi l’occasion de rencontrer ma filleule Narindra qui est chez les soeurs de Bétafo. Narindra vit avec sa soeur , chez les soeurs de Don Bosco.

Que d’émotions quand je l’ai vue...je l’ai serrée fort dans mes bras et je crois qu’elle n’était pas trop préparée à cela. C’est une belle jeune fille très timide. Elle portait un sari vert au dessus de ses vêtements.

Narindra que je parraine depuis quelques années et dont je reçois des photos chaque année grâce à Christine.

J’ai pu la revoir quelques jours plus tard sur Antsirabé   ( ainsi qu’Eliane, Li , Sylvie, Michel et Noéline  ) et passer un peu de temps avec elle. J’en ai profité pour la gâter. Elle avait besoin de chaussures, d’un sac à dos, de livres pour ses études et aussi de produits de toilette (et aussi de douceurs sucrées)

Cet après midi avec tous ces enfants a été extraordinaire même si le temps a failli nous gâcher notre plaisir...il s’est mis à pleuvoir en trombes pendant quelques longues minutes.

Nous avons terminé en allant goûter dans un salon de thé avant de nous quitter et de les  ramener à Soeur Térésa pour rentrer à Betafo.



Me voici quelques jours plus tard... je revois pèle mèle les visages de Mme Rose, de Christella, des soeurs, des enfants de l’orphelinat d’Antsirabé...je repense à tous ces moments vécus avec Françoise et Christine , nos inquiétudes, nos espoirs, nos doutes, nos rires, les extraordinaires instants partagés avec les soeurs d’Antsirabé,

les femmes des rues ( Pascaline, Zoéline, Féfé, Mme Jacqueline, Tiana, Mami Tina, Solo et les enfants ...)


Je repense à toutes ces personnes qui nous demandent notre aide pour arriver à s’en sortir :  Pascal et son achat de pousse pousse, les enfants en attente de parrainage, le bébé de Tiana, les soeurs et les prises en charge d’Onja  et d’autres enfants à Don Bosco, et les aides sur Tana avec Hanta  (Terre des Hommes) et les enfants des rues et  aussi l’orphelinat d’Androhibé.


Je garde en mémoire les sourires des malgaches dans mon coeur , même dans la peine, ils sourient.


Et puis cette fête complètement improvisée chez les soeurs de mère Térésa à Antsirabé.

Subitement, avec la complicité de Soeur Conchessa, notre présence a suscité auprès des femmes  l’envie de chanter, puis de danser et nous nous sommes retrouvées dans une espèce d’allégresse incroyable.

Les enfants chantaient, dansaient , faisaient la ronde, tapaient dans les mains, les plus handicapés étaient dans nos bras.

Nous étions toutes et tous unis dans cette même joie d’être ensemble.


La soeur supérieure est arrivée avec des pleines boites de gâteaux et des sucettes pour tous.


C’était INCROYABLE !  les enfants , les adultes riaient et nous étions tous heureux.


















Sourire

       d’enfant

27 mai 2015 - Voici des nouvelles en photos de Kirikiri, comme vous le voyez, les travaux continuent.

La photo , tout en bas , avec toutes ces fleurs nous dit que la vie est là  , avec ses merveilles,

plus forte que tout !


 
 

Sourire

       d’enfant

Marie Christine Caillot nous rejoindra comme convenu pour l’AG de l’association qui aura lieu le WE du 13 et 14 juin.

En cette occasion, une présentation sera faite de ce qui a été réalisé lors de notre voyage à Mada.


Sourire

    d’enfant

Marie Christine est à Madagascar du 02/11 au 10/12.

Bientôt des nouvelles ...

Marché de Noel de La Tour sur Orb de ce 20 janvier 2015 au profit de Sourire d’Enfant.


Grand succès en ce dimanche et quel bonheur de voir toute cette générosité !


Merci à vous toutes d’être venues et d’avoir contribué à embellir cette journée.




Sourire

  d’enfant

 



SOURIRE D’ENFANT : REUNION LE 1 ER MAI SUR LE LARZAC POUR UNE BRASUCADE  (15€ /PERSONNE ) L’ARGENT SERVIRA AU SAUVETAGE DE 3 FAMILLES EN TRES GRANDE DETRESSE A TANANARIVO.





Sourire

  d’enfant

Petit partage sur cette belle journée


Le vent glacial  ( à 11h 30 , à peine 2° sur le Larzac ) ne npus a pas découragés.

Et puis il faut dire que nos gentils organisateurs ont tout fait pour que nous soyons le plus au chaud possible.

L’apéro, la brasucade , les salades et les nombreux desserts nous ont bien réchauffé le corps.

D’un commun accord nous avons laissé la marche pour une autre fois et remplacé par des chants acompagnés par une guitare et un tambour.

Tous assis autour du braséro , dans cette chaleureuse ambiance, nous avons goûté au bonheur d’être réunis pour cette belle action.

Un grand MERCI à Mado, Marina et Claudiane de m’avoir accompagnée...et aussi à ces messieurs, bien sûr !

On trinque à l’amitié et à celle belle action qui nous rassemble.

... autour du brasero

Mes amis,

cette journée a permis de collecter :

1230 € , l’être humain est merveilleux lorsqu’il laisse parler son coeur !

Cette année encore, nous sommes heureux de pouvoir offrir à Marie Christine un chèque de 3000 €.

Cet argent servira à aider des familles très démunies sur Tananarive.

Je n’ai pas de photo car cet argent a été remis à la fin d’un concert où nous étions au château de Dio  le 18 juin.


La photo ci dessous a été prise lorsque j’ai fait partie de la mission en 2014.

On peut voir Françoise au premier plan et Christine tout devant en rose.

Nous nous rendions chez les « femmes des rues» à Antsirabé.

Sourire

  d’enfant

Action décembre 2016


Marchè de Noel Le Bousquet d’Orb Le 11 décembre 2016



Un grand merci à Mado qui tenait le stand de boisson chaude avec le jus d’orange parfumé aux épices et aussi à tous les adhérents qui ont répondu à cette manifestation.


Merci pour votre générosité et votre bienveillance.

Anne Marie est passée en toute fin et nous voici donc toutes les quatre sur la photo souvenir de cette belle journée.


Récolte d’un peu plus de 500 € pour que les enfants puissent manger à leur faim.

Sourire

  d’enfant

Ami lecteur, tu es invité à prendre connaissance des différents comptes rendus concernant les aides que le Fil d’Ariane a apporté à ces deux associations.

Solidarité Japon 34 et Sourire d’Enfant à Madagascar.

La chronologie des évènements est respectée.

Retour à la page d’accueil

Compte rendu voyage Madagascar Novembre 2016

Que de retard pour vous faire partager nos actions à Madagascar !
A mon retour de Mada, j'ai enchaîné par 2 marchés de Noël et un voyage en Inde d'un mois. J'en reviens et me mets tout de suite au travail !

Nous sommes parties Françoise et moi, et le mois de novembre a été très rempli. Cela fait bien longtemps que Françoise m'accompagne et sa présence est très précieuse. Elle connaît bien le travail que nous avons à faire sur place et c'est un as de la comptabilité !

« Nous étions au centre d'Isotry (ou 67 hectares quartier très pauvre de Tana) chez les sœurs de Mère Térésa. Sœur Dhira, supérieure du centre, nous avait demandé si nous pouvions aider les familles très pauvres qu'elle visitait chaque semaine.
Elle voulait que ces gens qui vivent dans une pièce de terre ou de planches recouvertes de plastic de sac de riz, ne soient plus sous les trombes d'eau qui s'abattent sur la capitale lors de la saison cyclonique.

Pascale, présidente de l'association « le fil d’Ariane », présente à nos côtés depuis fort longtemps, a tout de suite répondu. Tout son travail sur l'accompagnement de la personne a été versé à « Sourire d'enfant » pour venir en aide à Sœur Dhira.

Ce quartier d’Antananarivo est hautement gardé par d'énormes et profondes flaques d'eau que chacun traverse précautionneusement de peur d'arriver encore plus sale !
Nous arrivons au centre, accueillis par les plantes de sœur Dhira qui ont poussées depuis l'an passé. Il a fallu les protéger par de gros bidons en fer, peint en bleu. Face aux plantations, le tas d'ordures constitue toujours la réserve des marchés alentours.

Pas de fleurs encore cette année, elles n'ont pas trouvé leur couleur. Mais sur les tas d'ordures fleurissent les pauvres qui ramassent les petits morceaux noirs de charbon de bois qui n'ont pas voulu brûler.
Nous avons pris le risque d'aller visiter quelques familles (voir photos en fin de compte-rendu), (grande insécurité due à la violence), pour ramener quelques témoignages.

La veille, il n'avait pas plu. Seules quelques vieilles flaques habitaient dans les cours, nous obligeant à placer notre tête dans nos pieds !

C'est sur le retour en s'approchant du centre que tout d’un coup, au milieu de ces tôles déchirées, de ces murs fait en lambeaux de plastic, de ces guirlandes de vêtements usés sur des cordes fatiguées, de ces fatras d'objets même pas recyclables, de ces poulets échalas nourris par le grain de riz oublié par terre...en ouvrant le portail bleu, assis par terre dans la cour, tout serrés, 300 enfants chantent et frappent des mains pour nous accueillir. Des claquements rythmés, plein de ferveur, de joie......
arrêt sur image.....sœur Dhira demande le chant de remerciements : remercier Mère Térésa, nous remercier d'être venu les voir. Elle est là bien présente, heureuse de nous offrir ce beau cadeau

............................CHUTT............les anges chantent...........le temps est suspendu..........................

Les visages cabossés, les cheveux plein de nœuds, dans cet univers de noirceur, une sœur en sari blanc, on l'approche avec respect, elle sourit et irradie autour d'elle.
Le soir, je me suis aperçue que je leur avais « chipé « des puces et laissé le rat.
La sœur a fait faire des tables en planche pour les petits marchands. Elle a fait faire aussi une porte en bois pour fermer leur taudis.

Mais pourquoi les portes des pauvres sont-elles toujours de traviole ? Y a t-il un artiste style « art nouveau » qui serait passé par là ?

Mais pourquoi la porte des pauvres est si basse qu'il faut se courber pour ne pas se cogner la tête ? 1 Mais pourquoi lorsqu'il y a un siège, ne peut-on mettre qu'une fesse dessus ?
Mais pourquoi le matelas, lorsqu'il y en a un, est-il tout plein de boules ?
Mais pourquoi les vêtements des pauvres sont-ils couleur terre brûlée ? L'arc-en-ciel a t’il perdu ses couleurs chez eux ?

Les pauvres ont une cuisine ! Un fatapère posé au sol. On met des morceaux de charbon de bois pour y poser la marmite de riz.
Ne vous y trompez pas, ce n'est pas le concurrent d'Ikéa !

C'est l'entrée de l'univers à « bracadabra », où les fées sont entrées sans baguette. Et nous, on a décidé d'aider sœur Dhira a faire un grand toit de tôles neuves, brillantes pour illuminer leur ciel.
Les pauvres ne seront plus mouillés. Ils ne dormiront plus entre deux gouttes d'eau.
On peut parler aussi des grains de riz qui ne poussent pas par terre mais que ces familles vont chercher au centre. On apporte sa gamelle et chacun part avec 2 louches de riz blanc

(par jour 100 kgs de riz est cuit pour 100 familles.

Le cri silencieux des 60 hectares :

Pendant que nous étions là, notre Président Monsieur François Hollande est venu à Madagascar
pour les journées de la francophonie.
J'aurai voulu lui demander les restes de ses repas gaspillés.
J'airai aimé lui faire traverser le voile tendu entre la route neuve qu'il a emprunté, pour lui faire découvrir où l'on a repoussé l'humanité invisible.

J'aurai aimé l'amener discrètement auprès de saints incognitos. Je sais bien qu'il sait qu'ils existent, mais les voir à l’œuvre prend une autre dimension....
J'aurai voulu lui dire que pour le grandir de notre humanité l'aide n'est pas où il était mais là où ils sont. Que ces pauvres n'ont même pas les miettes qu'ils ne demandent pas. Ils ont leur dignité et sont conscient de leur maintien dans la misère. Ils veulent devenir visibles aux yeux de notre univers.

Ils ont poussé un cri déchirant : « Honorables invités,

le peuple malgache se meurt
Soyez notre porte-voix auprès de nos dirigeants qui veulent absolument vous cacher la vérité. »

A ce jour, personne n'a entendu...........
Si...si...sœur Dhira....sari blanc.....sandale en plastic...petit sac de toile replié sur le bras gauche.. elle a poussé la porte, elle s'est courbée, elle est entrée....
OUI décidément, cette sœur, on l'aime, Elle a de la sainteté en elle.

Autre moment lumineux, la joie de LI (maladie des os de verre) et d'Eliane (jambe en bois)
Très grande amitié entre elles, qui date des années passées à l'orphelinat des sœurs de Mère Térésa à Antsirabé.
Li est en terminale A et Eliane enseigne la broderie et la couture. Elles sont toutes les deux chez les sœurs de Don Bosco à Bétafo (20 kms d'Antsirabé). Cette année elles ont décidé de quitter le pensionnat pour prendre leur envol. Elles ont loué une pièce dans le gros bourg de Bétafo tout près de l'école, heureuse de leur indépendance ! Eliane a un salaire de 48 euros par mois et un loyer de 8 euros par mois. Elles doivent vivre toutes les deux avec car Li est orpheline.
Premier achat, une petite table en bois qui sert de bureau à Li, et un banc.
Dans un coin de la pièce un gros sac de charbon de bois, et en face, un fatapère
dans l'autre coin, un lit une personne avec un matelas en crains, des sacs plastique contenant les vêtements.





  

Sur le rebord de la petite fenêtre que l'on n'ouvre pas, quelques provisions (1kg de riz, 2 mangues, 3 bananes, un peu de sucre). Le puits est dans la cour.
Le paradis pour nos filles qui étaient heureuses de nous faire découvrir leur petit coin de bonheur. 2 Michelle, la marraine de Li, leur a offert un confort inespéré (paiement du loyer pendant un an !
Matelas 2 places,petit meuble pour les vêtements,2 tabourets, une table pour manger) et comme il restait encore un peu d'argent on a encore fait des courses !

Je vous laisse imaginer leur joie ....Pour porter ces meubles nous avons pris un porteur, j'ai pris en photo ses chaussures....une œuvre d'art
16 ans que nous les accompagnons ! Quelle joie pour nous tous.

Il a fallu qu'on se fâche aussi très fort !
Nous aidons une dizaine de familles avec enfants qui vivent de ventes d'objets dans les rues d'Antsirabé. Nous faisons la tournée des écoles pour inscrire les enfants et payons à l'année à la direction pour être sûr que l'argent est bien employé à la scolarité.
Certains enfants nous ont été signalés, maux de ventre, évanouissement, dus au manque de nourriture. Lorsque cela a été possible nous avons payé la cantine pour ces enfants.
D'ailleurs j'ai sollicité plusieurs parrains par mail, qui ont répondu très rapidement (un grand merci)
Et c'est comme cela, en revenant dans une école pour payer le deuxième trimestre de cantine,
que je me suis aperçue qu'une maman, après mon passage avait été dire au directeur de l'école que je lui avais donné l'autorisation de reprendre l'argent de la cantine. Bien sûr celui-ci au passage
avait pris un pourcentage....J'étais tellement furieuse qu'il m'a assuré que les enfants mangeront à la cantine malgré l'argent disparu. J'ai eu la chance de rencontrer Nivo, une malgache qui a accepté de nous aider et d'aller surveiller régulièrement....
Sur les 10 femmes ex des rues, 4 ont amélioré leur vie et leur intérieur, 4 ont encore des difficultés et 2 ne s'en sortent pas du tout. Je vous en parlerai plus en détail à l'AG.
Des nouvelles d'ONJA (17 ans dans l'année, enfant battue et violée) inopérable à Mada, et inopérable pour l'instant à cause de son incontinence suite au viol. Nous avons financé l'an passé une psychologue qui la suivait toutes les semaines. Elle va à l'école.




Après de légers progrès dans le partage de la parole, elle sombre à nouveau. Elle est triste et depuis quelques temps elle souffre physiquement.

Une échographie faite lorsque nous étions là aurait révélé une lésion à la vessie.
Le dernier jour j'ai eu le médecin qui nous a demandé de nous occuper d'elle. Mais pas le temps d'affiner le diagnostic. Tana a été pris par les journées de la francophonie et les embouteillages nous ont paralysées.

Et toujours :

  1. 1-  l'accueil chaleureux de nos amis sur place Brigitte et Jean-luc.

  2. 2-  Accueil des enfants chez le docteur Naine avec Sahoundra,
    courses au grand marché avec les sœurs de l'orphelinat d'Antsirabé, où l'on achète grâce aux palabres, moins cher que moins cher.....je ne vous dis pas le temps que l'on y passe !
    Préparation cadeaux de Noël pour 6OO enfants (on en a fait 2OO, restait encore 400!) dans un paquet:10 petits bonbons de la grandeur d'un ongle+une sucette+2gâteaux : un petit bonheur lors de la distribution.
    Des petites frayeurs (le danger n'est pas où l'on croit!)
    Une sœur est venue nous chercher en voiture pour faire Antsirabé:Bétafo (20kms). Comme on a failli renverser, un cycliste, puis une personne, puis presque monter sur le seul trottoir d'Antsirabé !
    doubler dans les ornières, elle me dit en me regardant ! « Ce qu'il y a de bien sur cette voiture c'est qu'il y a des freins et un klaxon. No problem ! »
    Quand même... c'est bien long 20 kms..et dire qu'il y aura un retour !
    Même les animaux ne se hasardaient pas à traverser !
    Avec Françoise, on a fait ce que l'on a pu. On s'est aperçu qu'aider n'était pas facile et souvent on s'est posé la question : Que faire ?
    On est très vite submergé par la tâche. On est loin d'avoir pu dire « oui » à tous ceux qui nous ont sollicitées, mais nous finançons la scolarité pour de nombreux enfants et ils savent la chance qu'ils ont.
    A mon retour, les choses ont bougé concernant Onja, sœur Dhira nous a écrit, Féfé, une femme des rues nous a donné des nouvelles, Nivo aussi et je vous parlerai aussi de Marco...rendez-vous à l'assemblée générale du dimanche 25 juin 2017.
    Je fini par la lettre de sœur Dhira du 5 février 2017 reçu hier 9 février (envoyée par quelqu'un qui rentrait en France)
    « Bonne année 2017 que la bénédiction de Dieu soit toujours avec vous à travers de l'année. Merci beaucoup à tout le membre de votre association pour votre grand cœur généreux, votre amour, bienveillance, générosité et sacrifices. Que Dieu vous bénisse toujours en bonne santé. Je prie pour vous et a votre famille. Thank you for your donation< ; that 2 received from the bank. May god bless you always abondently. I am praying for you.
    Much love and praye God bless you »

          Sr.M;Dhira M.C .
         
A mon tour de vous remercier d'être à nos côtés.


                                                                       
Christine Caillot





























     

 

Sourire

  d’enfant